MEMBRE
  MEMBRE
RECHERCHE
Canadien de Montréal
Crédit photo: Canadien de Montréal

Une vedette du Canadien révèle avoir eu une dépendance majeure

Publié le 18 mai 2024 à 10h49
Par:

Une vedette du Canadien de Montréal, un joueur adoré des fans de l'équipe, a révélé avoir eu une dépendance majeure qui a affecté énormément son jeu.

Alex Kovalev, le dernier joueur de la Sainte-Flanelle à avoir atteint le cap des 80 points en une saison, a laissé sa marque avec le CH.

Il a été un joueur électrisant sur la glace. Il a fait vibrer le Centre Bell comme aucun autre! Le talent lui sortait carrément par les oreilles et son sens du spectacle faisait en sorte que les amateurs en ont fait leur chouchou!

On n'a qu'à se rappeler cette remontée historique du CH le 19 février 2008 au Centre Bell. Kovalev et ses coéquipiers subissaient, on peut le dire: une raclée digne de ce nom, de 5-0! Mais voilà qu'à partir de la deuxième période, le vent a changé.


Le Russe, entre autres, y va d'un doublé au troisième engagement. Pendant un avantage numérique, cul par-dessus tête, Kovy marque pour créer l'égalité et faire exploser le domicile du Canadien. Cette image de ce but, Kovy sur le dos avec les bras dans les airs pour célébrer, fait maintenant partie des plus significatives du club.

On aurait dit un fait saillant d'un jeu vidéo...

C'est d'ailleurs la raison du présent article. Kovalev, qui avait donc marqué 84 points pendant cette saison 2007-2008, a affirmé qu'à l'époque où il jouait dans la LNH, il avait une dépendance problématique au jeu vidéo. Plus particulièrement, le Super Nintendo, le jeu vidéo le plus populaire à l'époque.

À LIRE AUSSI: Majeur: le Canadien aurait mis la main sur le prochain Wyatt Johnston

À LIRE AUSSI: Grosse acquisition et signature par le Canadien: Il y a du nouveau

Il mentionne d'ailleurs:

Je me levais le matin, je déjeunais en jouant une partie. Des fois, j'arrivais en retard à la pratique juste pour finir un niveau. Après la pratique, je jouais encore pour 5-6 heures, je mangeais et rejouais plus tard. - Alex Kovalev

Quand le jeu, quel qu'il soit, affecte ton quotidien, on peut certainement parler de dépendance.

Il en rajoute en mentionnant :

C'était vraiment mauvais pour moi. J'étais rendu à un point où ça affectait mon jeu. Je ne dormais pas, j'oubliais des choses que je devais faire sur la glace. C'était quasiment comme si tu n'étais plus du tout là mentalement et que tu ne pouvais pas te rappeler ce que tu fais normalement. - Alex Kovalev

Kovy termine avec cette grosse déclaration concernant son importante addiction :

Au début, je croyais que ce n'était que de la fatigue et que je devais dormir plus. Ensuite, j'ai réalisé que sur le banc je pensais des fois au jeu de hockey, plutôt qu'à la vraie partie. C'est là que j'ai réalisé que ça n'allait pas dans la bonne direction. - Alex Kovalev

Ça peut paraître loufoque comme déclaration, mais le fait de passer plusieurs heures à jouer, des fois jusqu'aux petites heures du matin, avait sûrement un effet négatif sur ses performances sur la glace.

Le tout s'est replacé alors qu'il a décidé de se prendre en main et d'arrêter du jour au lendemain. Il a tout débranché et mis fin à cette dépendance.

Imaginez ce que le numéro 27 du Canadien aurait pu faire vivre aux amateurs de hockey au Centre Bell, n'eût été cette dépendance...

Une chose est sûre, ça prend du cran pour parler de cette partie de sa vie moins reluisante. Et ça, du cran, Kovy, il en a!

Félicitations Alex!


Crédit: HabsetLNH
Canadien de Montréal: il avait une grosse dépendance aux jeux vidéo
10 dernières chroniques