MEMBRE
  MEMBRE
RECHERCHE
PUBLICITÉS
Patrick Roy
Crédit photo: Journal de Montréal

Patrick Roy pogne les nerfs en conférence de presse

Publié le 23 avril 2024 à 11h26
PAR

Tirant de l'arrière 1 à 0 dans sa série face aux Hurricanes de la Caroline, la troupe de Patrick Roy devait absolument rebondir si elle ne souhaitait pas se retrouver dans une situation plutôt délicate.

C'est d'ailleurs ce qui s'est passé, du moins jusqu'au milieu de la deuxième période. En effet, les Islanders de New York avaient le vent dans les voiles, menant 3 à 0 après 33 minutes de jeu. Malheureusement pour eux, c'est à ce moment que tout s'est effondré.

Semyon Varlamov, lui qui a été étrangement préféré à Ilya Sorokin depuis le début des séries éliminatoires, a écopé d'une punition, permettant ainsi à Teuvo Teravainen de réduire l'écart à seulement deux buts. Ce but a notamment semblé donné des ailes aux hommes de Rob Brind'Amour, eux qui ont pesé sur l'accélérateur par la suite.

Seth Jarvis a finalement porté la marque à 3 à 2 en milieu de troisième période, avant que Sebastian Aho et Jordan Martinook touchent la cible à seulement neuf secondes d'intervalle, permettant aux Hurricanes de prendre les devants pour la toute première fois de la rencontre.


Les Islanders ont été incapable de renverser la vapeur, accordant un cinquième but dans un filet désert, ce qui a naturellement mis fin au débat.

Toutefois, une statistique très préoccupante a été soulevée par de nombreux journalistes après la rencontre. Effectivement, les hommes de Patrick Roy n'ont décoché que douze lancers vers le filet défendu par Frederik Andersen, dont seulement cinq lors des 40 dernières minutes de jeu.

À LIRE AUSSI: Canadiens: Dach se vide le coeur et lance un gros message

À LIRE AUSSI: On sait maintenant pourquoi Suzuki a dit non à Hockey Canada

« Oh qu'on n'aimerait pas être dans le vestiaire de Patrick Roy après cette rencontre... » - TVA Sports

C'est vraiment inquiétant, surtout pour une équipe qui a l'habitude de tirer de n'importe où et d'ensuite converger vers le filet adverse pour obtenir des retours. Quant aux Hurricanes, ils ont terminé la rencontre avec un total impressionnant de 39 tirs, et ce, sans compter les 36 lancers qui ont été bloqués par des joueurs new-yorkais.

Visiblement irrité par la tournure des évènements, l'entraîneur-chef québécois a carrément pogné les nerfs durant sa conférence de presse, faisant une déclaration très inusitée.

« Je me fous des tirs bloqués. Parlez-moi des tirs au but. Les tirs bloqués sont calculés par un gars assis quelque part dans l'aréna ou dans un McDonald's. En fait, je n'ai aucune idée d'où il calcule ça. » - Patrick Roy

C'est la première fois qu'on l'entend celle-là!

Le seul problème dans tout ça est que, même en enlevant les nombreux tirs bloqués par la brigade défensive des Islanders, les Hurricanes ont tout de même réussi à atteindre le filet adverse trois fois plus souvent que la troupe de Patrick Roy.

Une situation qui devra être évitée à tout prix si les Islanders souhaitent remporter le match numéro trois, car décocher 12 lancers, dans un match aussi important que celui d'hier soir, c'est tout simplement inacceptable.

10 dernières chroniques
pub
MARQUEUR.COM - COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES      POLITIQUE      CONSENTEMENTS